Apocalypse

Lorsqu'en 1964, l'église Saint-Jean-l'Evangéliste, à Dole, fut enfin achevée, ce n'est pas sa forme incroyable, évoquant selon son architecture Anton Korady "les deux mains croisées d'un prieur", ni même les personnages aux expressions d'horreur, inspirés par l'Apocalypse et forgés par Calka sur les grilles d'acier des façades, qui firent débat, mais bien le toit de l'édifice recouvert de cuivre qui "brillait dans le ciel dolois comme une bassine de confiture bien astiquée."
Aujourd'hui patinée par le temps, cette couverture trouve toute sa place sur ce monument, véritable chef-d'oeuvre d'art religieux du XXè siècle. Voici une église, prouesse architecturale, à l'intérieur de laquelle le regard embrase 1200 m2 baignés d'une lumière tamisée et surmontés d'une charpente en nid-d'abeilles qui rend l'acoustique exceptionnelle. Ici, pas de fioritures ; chaque détail a son explication. Jusqu'à l'environnement du bâtiment, entouré de salles de catéchisme et foyers d'accueil et même d'un ancien cinéma.

Eglise Saint-Jean-l'Evangéliste, rue Jean XXIII à Dole.

Un lieu insolite du Grand Dole issu du ''Petit précis de curiosités le long de la ligne TGV''. Un ''dictionnaire de curiosités'' signé Blandine et Philippe Sauter, aux éditions Néo éditions, qui ont exploré durant plusieurs mois les 12 agglomérations de la métropole Rhin-Rhône à la recherche de lieux insolites ou marquants par leur originalité. Sur les 250 lieux sélectionnés, 21 sont dans le Grand Dole.